ours polaire changement climatique

L'ours polaire et le changement climatique

Réchauffement climatique quelles conséquences.

L'ours polaire première victime malheureuse de ce phénomène.

L'humain, le modernisme, l'industrialisation sont les seuls responsables des problèmes causés à l'ours polaire. 
 
Effectivement la hausse constante des températures moyennes engendre des phénomènes de fonte de glace irréversibles, impactant directement l'environnement des ours. 
 
La banquise réduit de superficie au fil des années. Des retards dans les premières chutes de neige n'améliorant pas cette situation alarmante. 
 
Autre fait concernant l'ours blanc, le décalage de la migrations de certaine espèces retardant inéluctablement les périodes fastes de nourrissage. Les perturbations de cette chaîne alimentaire ont des conséquences pour la survie de dizaines d'espèces.

L'homme seul responsable 

Ne cherchez pas d'autres coupables

Mondialisation, modernisme, progrès, avenir..... Tous ces termes sont encourageants, pourtant tellement destructeurs pour les diverses espèces animales vivant en Antarctic. La vie animal est impacté directement par les hausses de températures.
 
Cela paraît minimme, 0,5 degré, et pourtant, cette augmentation graduelle modifie considérablement l'habitat naturel des animaux vivants sur la banquise.

L'homme n'est nullement à l'abri, on pourrait presque dire que l'espèce humaine s'autodétruit, conséquence de cet effet de serre, le climat s'affole.
 
Combien faut-il de COP pour prendre vraiment les choses en mains ?  
 
Certes, des décisions sont prises, des mesures envisagés, mais l'on tourne quand même en rond malgré l'urgence absolue de la situation. Ce n'est pas dans 10 ans qu'il faut réduire les émissions responsables, ce n'est pas dans 10 ans qu'il faut tous se mettre d'accord. 
 
C'est maintenant et de suite qu'il faut réagir, prendre les bonnes décisions et surtout respecter celles prises. Mettre en oeuvre immédiatement des mesures afin de sauver ce qui peut l'être.

Mais hélas, les enjeux financiers prédominent. Toujours les mêmes excuses pour retarder les actions. La puissance, les menaces de certaines sociétés rendent la tâche encore plus difficile.



Et pendant ce temps...


La banquise fond à vue d'œil, les espèces souffrent dans l'indifférence totale. On ne verra bientôt plus l'ours polaire fouler la banquise du grand Nord. La fin du règne pour le roi de l Antarctique.
 
Bien sûr, plusieurs autres espèces sont également concernées, victimes du réchauffement climatique, mais nous traitons ici l'ours polaire et les dégâts causés par l'être humain sur son environnement. 
 
Il faut savoir que cette partie du globe est précisément nettement plus exposés que d'autres. Le pôle Nord, région où l'on constat le plus grand trou dans la couche d'ozone.

Rien d'étonnant à voir fondre les glaciers comme neige au soleil. Mais cela n'est que l'aspect visible du dangereux phénomène.

L'ours en danger

Combien de temps peut résister l'ours polaire

L’ours polaire et les oursons sont particulièrement vulnérable au changement climatique, car il dépend directement de la banquise pour accéder à ses principales ressources. De façon générale, les proies marines de l'ours blanc devraient devenir moins accessibles dans un futur proche, menacant ainsi la pérennité de l'espèce. 
 
Autre fait marquant, l’ours dépend également de la qualité de la banquise pour sa reproduction et ses déplacements. La fonte de celle-ci va provoquer irrémédiablement une fragmentation de son habitat, réduction ayant pour conséquence une difficulté accrue pour l'ours à se déplacer aisément. 
 
Car le déplacement en milieu fragmenté a un coût énergétique sur l'animal, plus important pour l’espèce qui devra marcher ou nager plus longtemps pour rejoindre cet habitat de prédilection. Les effets combinés de ces modifications devraient entraîner une diminution drastique de la condition des ours, entrainant de surcroît des conséquences sur l’évolution démographique de l’espèce.



Les femelles sont plus touchées.


La femelle ourse polaire nécessite pour la gestation et le début de la lactation d’accumuler suffisamment de réserves énergétiques pour la mise bas. Le changement climatique engendre une diminution des ressources alimentaires, conséquence directe, elles ne trouveront pas les besoins énergétiques vitaux suffisants.  
 
Un facteur déterminant pouvant provoquer une diminution alarmante des taux de croissance de la population, voir un déclin total. Il a d’ailleurs été prouvé que certains de ces éléments sont d’ores et déjà visibles chez certaines populations notamment dans la baie d’Hudson.


 
Des conséquences indirectes.


Le changement climatique pourrait également favoriser l’émergence de nouvelles maladies. Les ours polaires pourraient être plus exposés aux polluants ce qui pourrait affecter à long terme le système endocrinien, le système immunitaire, et par conséquent de manière indirecte le taux de survie de l’espèce.  
 
Le réchauffement climatique n'est pas pris en compte comme menace, de se fait les espèces concernées ne sont pas classée comme globalement menacée aux Etats-Unis et au Canada.


Les mesures contre le réchauffement climatique 

Elles existe mais.....

Les effets du réchauffement climatique sur les écosystèmes peuvent être maîtrisés et atténués. L’Arctique fait parti des continents les plus affectés, alors quelle sont les solutions.


Réduire l'effet de serre:


Pour cela, il faut prendre des mesures drastiques consistant à limiter les émissions de Co2. Mais qui sont les plus gros pollueurs ? Contrairement aux idées reçus, ce ne sont pas les automobiles qui rejettent le plus de Co2. 
 
Les paquebots ou navire de plaisance rejette à eu seul autant de Co2 que le parc automobile mondiale, incroyable constatation. Pourtant, ce ne sont que quelques bateaux. Alors ne peut-on pas trouver d'alternative rapide pour réduire cette pollution ? 
 
La circulation alternée, moyen simple pour diviser par deux les rejets dans l'air, cependant combien de pays ont pris cette mesure ? Les gouvernements, veulent-ils vraiment que cela change ? De nouveau des questions restant sans réponse précises.



C'est également une prise de conscience individuelle.
 
Tout habitant de la planète peut contribuer individuellement par de petits gestes quotidiens à la réduction des rejets nocifs dans l'air. Mais chacun compte sur l'autre et rien ne change. Quelques initiatives personnelles sont néanmoins à souligner et à salué, mais elle reste encore trop embryonnaire. 
 
D'après certains spécialistes un seuil de non-retour sera bientôt atteint dans un futur proche. Plus besoins de COP, il sera clairement trop tard. Les bouleversements dus au réchauffement climatique seront irréversible, on ne pourra plus que constater tristement les dégâts.  
 
Des milliers de personnes seront contraintes de s'exiler, d'abandonner leurs environnements naturels.

Mais les animaux dans tout cela ? Que feront-ils ? Où iront-ils ? La seule réponse à ces questions est la disparition des espèces concernées. Triste réalité.

Réseaux sociaux

©2018-2019 - ours-polaire.com /  ours polaire changement climatique